Violaine Dulin, volontaire internationale Société civile

Entretien avec Violaine Dulin, volontaire internationale chargée du développement des partenariats de la Maison de la Société Civile.


Bonjour Violaine,

1. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Âgée de 28 ans, j’effectue depuis juin 2011 une mission de volontariat international au sein de la Maison de la Société Civile (MdSC) à Cotonou.

Une fois mes études en droit, administration, politique internationale et langues étrangères achevées, j’ai effectué en 2006 un stage dans le service de recherche de fonds d’une ONG à Mexico qui m’a amené à occuper plusieurs postes au cœur de la société civile mexicaine durant 5 ans.

Diverses expériences dans le domaine du montage de projets et de la recherche de financements m’ont permis d’accéder en octobre 2008 au poste de coordinatrice de la recherche de financements à EDNICA, ONG spécialisée dans l’accompagnement des enfants et des jeunes travaillant et vivant dans les rues de Mexico.

A l’issue de plus de deux ans d’expérience à ce poste, l’envie d’expérimenter d’autres contextes de travail et de connaître le continent africain m’a poussé à venir jusqu’au Bénin pour occuper le poste de chargée du développement des partenariats à la MdSC.

JPEG - 105 ko


Ces expériences variées m’ont permis de confirmer ma volonté de poursuivre mon chemin dans la coopération au développement et le monde associatif. Ma mission à la MdSC a été l’occasion de développer de nouvelles compétences en accompagnement. En effet, depuis juin 2011, j’ai conseillé et appuyé plus de 40 organisations de la société civile (OSC) dans la formulation de leurs projets ainsi que dans la recherche de financements.

Je souhaite à présent poursuivre ma carrière dans le domaine du renforcement et de l’accompagnement aux associations et ONG en tant que consultante ou au sein d’une structure associative spécialisée dans ce domaine.

2. Quelles sont vos activités au Bénin ?

Depuis juin 2011, je suis chargée, au sein d’une équipe de 13 personnes, du développement des partenariats de la Maison de la Société Civile (MdSC) qui a pour but de renforcer les capacités des organisations de la société civile béninoise en matière d’élaboration, de mise en œuvre et de suivi-évaluation des politiques et programmes de développement.

Ma mission a été inaugurée par un accueil chaleureux et a été facilitée par la grande disponibilité de l’équipe. J’ai tout de suite été séduite par le dynamisme de cette équipe et par l’ampleur de la mission que s’est donnée cette institution.

Mon rôle consiste à développer les partenariats en vue de :

- Diversifier les sources de financement de la MdSC.
- Accompagner les OSC dans la formulation et la présentation de leurs projets.
- Renforcer la collaboration entre le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) et la MdSC.

JPEG - 83.1 ko


J’ai particulièrement apprécié la diversité des tâches à réaliser en toute autonomie, grâce à la confiance accordée par l’équipe, qui m’a amenée à développer les activités suivantes :

- Actualisation de la page Internet www.mdscbenin.org sur les opportunités de financement et autres services destinés aux OSC,
- Montage de projets et présentation à des bailleurs internationaux,
- Présentation de la MdSC à des partenaires techniques et financiers,
- Appui-conseil et orientation des OSC pour le financement de leurs projets,
- Partage d’informations sur la société civile béninoise,
- Participation au Fond Social de Développement de l’Ambassade de France,
- Orientation des partenaires français désireux de connaître la société civile béninoise.

JPEG - 50.6 ko


L’expérience en matière d’accompagnement a été très enrichissante car elle a été l’occasion de rencontrer et travailler avec un grand nombre d’OSC dans un temps record et sur des thématiques riches et variées. Outre la patience dont il faut faire preuve, le contact direct avec les personnes et le sentiment immédiat de leur avoir insufflé une nouvelle motivation aura été le plus grand atout de mon expérience au Bénin.

3. Quelles sont vos impressions personnelles sur la société civile au Bénin ?

En provenance directe du Mexique, ce qui m’a le plus frappé à mon arrivée c’est la concentration des acteurs traditionnels du développement, tant des partenaires techniques et financiers que des organisations non-gouvernementales au Bénin.

En effet, les « Organisations de la Société Civile » comme on les appelle ici sont nombreuses, certains pensent qu’elles pourraient être au nombre de 3000 ; néanmoins, l’expérience de la MdSC – qui détient environ 500 OSC adhérentes – nous montre que toutes ne sont pas actives. En outre, elles recouvrent des formes variées et cachent parfois des réalités encore plus diverses.

La frontière entre OSC à but non-lucratif et OSC spécialisées dans les activités génératrices de revenus est souvent floue, à la fois pour elles-mêmes et également pour les partenaires qui tentent d’approcher et de renforcer cette « société civile à géométrie variable ». La nécessité de disposer d’un fond de roulement justifie souvent la mise en œuvre par les OSC d’activités génératrices de revenus mais dévalorise parfois l’aspect « non-lucratif » des organisations.

JPEG - 64.5 ko


Les grandes difficultés économiques que rencontrent la majorité des béninois ont engendré l’émergence des dénommés « ING » ou « Individus Non-Gouvernementaux », dont la forme associative révèle parfois des coquilles vides et rend plus complexe l’analyse de la société civile béninoise.

Le manque de professionnalisation, de développement institutionnel et de financement dans la durée des OSC ne doit pas nous faire oublier qu’elles peuvent jouer un rôle majeur dans la réduction de la pauvreté, en proposant des solutions innovantes et durables aux problèmes de développement.

Mon expérience à la MdSC m’a démontré que la société civile regorge d’idées et de projets qui manquent de concrétisation. Il est donc urgent de destiner des ressources non pas uniquement au financement de ceux-ci mais bien à l’accompagnement dont ces OSC ont besoin en vue d’enrichir leurs propositions et de devenir des acteurs crédibles du développement.

Dernière modification : 30/10/2014

Haut de page