Relations commerciales, économiques et financières

Relations économiques bilatérales entre la France et le Bénin

Depuis 1990, le Bénin bénéficie d’une croissance soutenue qui a entraîné une augmentation régulière de nos échanges avec ce pays. Le volume de nos exportations a ainsi plus que doublé en 10 ans. Nos exportations s’établissent en 2003 à 209 millions d’euros. Les échanges commerciaux franco-béninois demeurent structurellement excédentaires pour la France, premier fournisseur du pays devant la Chine.

Les biens de consommation et l’agroalimentaire constituent toujours la part majoritaire de nos exportations, celles-ci étant concentrées sur 8 chapitres douaniers, qui représentent plus de la moitié de nos ventes : les articles de bijouterie, les viandes de volailles, les produits pharmaceutiques, les automobiles, le matériel informatique, les produits agrochimiques ainsi que le matériel électrique et le matériel de télécommunications. Le niveau des importations françaises s’élève quant à lui à 4 millions d’euros en 2003. Celles-ci portent essentiellement sur les fruits et plantes à boissons, ainsi que sur les tissus, les céréales et les plantes industrielles. Le léger repli des échanges franco-béninois depuis trois ans n’a pas entamé la part de marché de la France au Bénin, qui est passée de 23,6% en 2001 à 24, 8% en 2002 et devrait s’établir aux environ de 25% en 2004. Le Bénin est aujourd’hui le 10ème client de la France en Afrique subsaharienne et le 6ème en Zone Franc. Ce résultat est encore plus significatif en terme de solde positif pour nos échanges puisque le Bénin occupe la 3ème position en Afrique subsaharienne avec un excédent de 205 millions d’euros en 2003, derrière le Sénégal et le Cameroun.

La France est le premier investisseur étranger au Bénin et sa présence est en expansion

En détenant près de 10% de l’investissement direct étranger au Bénin, la France est incontestablement le premier investisseur étranger, bien avant la Chine : les implantations françaises qui comptent 31 filiales ou succursales et plus de 44 sociétés de droit local dirigées par des français contribuent même à plus de 15% du PIB du pays.

Les principales filiales françaises sont dans le secteur des travaux publics (Colas, filiale du groupe Bouygues, Satom, Sogea et Franzetti, filiales du groupe Vinci), de la production de boissons (Sobebra, filiale du groupe Castel), du transport / transit (groupe Bolloré et Air France), de l’hôtellerie (groupe Accor), du contrôle des importations (Bivac/Véritas), des assurances (AGF-Allianz, Groupama, AXA), des études d’ingénierie (BCEOM), de la distribution d’équipements industriels (Bénin Equipements), d’automobiles et de produits pharmaceutiques (CFAO). Dans le secteur bancaire, deux établissements locaux ont des participations d’actionnaires français (Bank of Africa et Financial Bank).

Les dernières privatisations et mouvements de libéralisation ont été marqués par l’arrivée de nouveaux opérateurs français dans les secteurs de la production de ciments (Lafarge), de la manutention portuaire (SMTC du groupe Bolloré) et de la distribution de produits pétroliers (Elf, Total, Picoty SA et Lafon Equipements Pétroliers) qui ont réalisé d’importants investissements. En outre, le développement de l’économie a entraîné l’installation de nouvelles filiales comme Alcatel Bénin et Sobac (Société Béninoise d’Assurance du groupe Athena - AGF - Allianz). En 2002, le groupe BEL et Europ’assistance ont ouvert des bureaux de représentation, de même que le fabricant de produits phytosanitaires et d’engrais SCPA (Potasses d’Alsace) et la société spécialisée dans les médicaments vétérinaires, SEVA. La Société Générale a également ouvert sa nouvelle filiale SGBBE en 2003

Liens utiles

Mission économique de Cotonou

Ubifrance - Agence française pour le développement international des entreprises

Site de la zone franc

Pour plus d’informations, consultez dès maintenant le site du [Poste d’Expansion Economique->http://export.businessfrance.fr/default.html

Dernière modification : 31/07/2015

Haut de page