La France au Bénin Ambassade de France à Cotonou
fontsizeup fontsizedown

 français  
Accueil » Coopération franco-béninoise » Lumière sur...

Taoufik Lahlou El Outtassi, assistant technique Décentralisation

Entretien avec Taoufik Lahlou El Outtassi, Expert technique international (ETI) de l’Ambassade de France au Bénin, architecte et urbaniste en chef de l’Etat, expert en décentralisation et co-concepteur de l’adressage.

Bonjour Taoufik,

1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Né en 1953 au Maroc, j’ai occupé depuis 1998 plusieurs postes en tant qu’Assistant technique (AT) pour le compte du Ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE). J’ai débuté en tant que Conseiller technique auprès du Directeur national du développement municipal (Ministère de l’Administration de l’Etat) au Mozambique, jusqu’en 2003. Par la suite, jusqu’en 2008, j’ai été Conseiller technique auprès de M. Simon Compaoré, Maire de Ouagadougou, Président de l’association des municipalités du Burkina Faso (AMBF), Trésorier de l’association internationale des maires francophones (AIMF) et Président du Conseil d’administration du Partenariat pour le développement municipal (PDM). En 2009, j’ai été amené à exercer auprès du Ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales en Haïti, jusqu’au 12 janvier 2010, date du séisme survenu à Port-au-Prince. Ainsi, depuis juillet 2010, j’occupe le poste de Conseiller technique auprès du Ministre béninois de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire (MDGLAAT).

Avant d’exercer au sein du MAEE, j’ai travaillé pour le Groupe Huit (Bureau d’études intervenant depuis 1967 comme conseil auprès des gouvernements, des collectivités locales et des organismes de financement internationaux et d’analystes financiers dans le domaine du développement urbain et de la gestion municipale) pendant plus de 15 ans en tant qu’architecte - urbaniste après avoir été chargé d’études à l’IAURIF (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Ile de France). Au Groupe Huit, j’ai participé à un grand nombre de projets urbains financés par : la Coopération française et l’Agence française de développement (Burkina Faso, Mozambique, Sénégal, …), la Banque Mondiale (Mali, Cameroun, Guinée Conakry, …), le PNUD - CNUEH - UNESCO (Laos, Maroc, Tchad, …) ; essentiellement dans les principales capitales et villes secondaires africaines où j’ai acquis une longue expérience en particulier dans les domaines de développement urbain et municipal (du plan d’urbanisme à la gestion financière et fiscale).

JPEG - 111.3 ko

2. Quelles sont vos activités au Bénin ?

Conseiller technique auprès du Ministre de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’Aménagement du Territoire je suis rattaché au Directeur de Cabinet du MDGLAAT. Mon bureau est situé dans les locaux du Ministère de la Décentralisation à Cotonou.

Je participe, en liaison avec les structures chargées de la réforme : à la mise en œuvre de la politique de décentralisation et de déconcentration ; au renforcement du cadre institutionnel ; à la mise en place des outils nécessaires à la modernisation de l’Etat et de l’Administration communale ;

J’accompagne également le renforcement des capacités techniques, administratives et financières des services centraux et déconcentrés de l’Etat, dans le cadre de la mise en place de stratégies opérationnelles, de plans de formation, de plans pluriannuels de programmation et de modernisation des structures de l’Etat, des territoires et des communes.

3. Quel est l’état d’avancement de vos projets ? Quel bilan tirez-vous de vos activités ?

Dès ma prise de fonction à Cotonou, le 21 juillet 2010, mon premier entretien avec Patrice Leroy, Conseiller de coopération et d’action culturelle (COCAC), a porté sur le constat de l’insuffisance de lisibilité et de spécificité de notre appui au processus de décentralisation depuis 2007 (date de la fin du dernier projet FSP « Projet d’Appui à la Décentralisation et à la Gestion Urbaine - PAGDU 2002-2007 »). Malgré cela, en juin 2010, l’ancien Ministre de la Décentralisation (M. Alassane Seidou qui a été remplacé par M. Raphaël Edou en juin 2011) avait fait part à Monsieur l’Ambassadeur de France de son souhait de solliciter un nouveau projet de coopération franco-béninois dans les domaines de la décentralisation/déconcentration, suite à l’abandon en 2008 du Projet d’Appui à la Décentralisation ; à la Déconcentration et à l’Aménagement du Territoire (ADDAT).

Afin de regagner notre influence et de faire jouer notre pôle d’excellence dans le processus de décentralisation/déconcentration en cours au Bénin depuis 1990 (début du processus de décentralisation), il m’a été demandé de :

-  renouer le contact avec les institutions en charge de la décentralisation et de la déconcentration ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers (PTF),
-  appuyer en particulier le MDGLAAT en se concentrant sur des démarches spécifiques de « savoir-faire français » qui devront déboucher rapidement sur des résultats concrets et visibles. C’est ainsi que j’ai pu identifier et finaliser un nouveau projet Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) intitulé « Projet d’Appui à la Décentralisation et à la Déconcentration (PA2D) au Bénin » qui devrait voir le jour d’ici fin 2012.

Parallèlement à cette principale tâche (rédaction d’un nouveau projet FSP), j’ai suivi et organisé (entres autres) les activités suivantes :

-  mettre en place un outil d’amélioration de la fiscalité locale issu du Registre foncier urbain (RFU) : l’adressage. Aujourd’hui les villes de Cotonou, Porto-Novo, Ouidah, Comè et N’Dali sont dotées d’une étude de faisabilité, et des recherches de financements pour certaines de ces villes sont en cours de finalisation ;
-  appuyer l’organisation des premières assises de la coopération décentralisée franco-béninoise qui ont eu lieu à Cotonou les 28 et 29 octobre 2010 ;
-  participer à plusieurs conférences sur les thèmes : « la coopération en matière de décentralisation au Bénin », « Foncier et Développement », « Coopération décentralisée, développement local et volontariats », « l’adressage : un système d’information territoriale et d’appui à la décentralisation » …
-  participer aux réunions des Partenaires techniques et financiers (PTF) du groupe technique : décentralisation - déconcentration - aménagement du territoire ;
-  apporter mon appui aux coopérations décentralisées franco-béninoises et à l’ANCB ;
-  appuyer les cadres du Ministère de la décentralisation dans les domaines de la formation universitaire ;
-  participer aux restitutions d’études, conférences, ateliers et tables rondes du Ministère …

JPEG - 125.1 ko

4. Quelle est la place de l’Expert technique international (ETI) dans l’organigramme du Ministère et du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade ?

Ce poste au sein du MDGLAAT se révèle être enrichissant auprès de toutes les directions de ce ministère, spécifiquement dans le cadre de l’appui technique qu’il apporte à la fois à la déconcentration (structures étatiques) et à la fois à la décentralisation (structures municipales).

Mes objectifs sont : d’accompagner, de renforcer, de former, de suivre, de conseiller, d’orienter et d’appuyer les services centralisés et déconcentrés du MDGLAAT ainsi que les communes. Ceci vise à renforcer à moyen et long terme les capacités du ministère en charge de la décentralisation.

De plus, compte tenu de ma position en tant qu’assistant technique français (je participe au programme d’appui à la décentralisation), je suis sollicitée par l’ensemble des acteurs et des partenaires engagés dans le développement des institutions locales. Cette position privilégiée au sein du ministère en charge de la décentralisation/déconcentration, a permis de revaloriser notre appui à l’ensemble des acteurs en présence.

Les principaux rapports avec les assistants techniques français des autres secteurs concernent principalement ceux qui ont un lien direct avec mon domaine. Dans ce cadre, je fournis d’une part des informations issues de ma connaissance dans les domaines de la décentralisation et de la déconcentration et d’autre part je sensibilise mes collègues sur les partenariats qu’ils pourraient en tirer et chacun dans leur domaine (police, finances locales et santé). Ceci a permis des collaborations directes pour la finalisation de la FPC PA2D que j’ai proposée.

Après 20 mois de présence, les relations personnelles et professionnelles que j’entretiens avec ses partenaires béninois, internationaux, et celles que j’ai avec le SCAC sont aujourd’hui toutes excellentes.


publié le 8 juin 2012

Liens utiles

Facebook Twitter Google+ Storify Youtube Dailymotion Flickr RSS