L’ambassadeur de France rend hommage au professeur Massougbodji

L’Ambassadeur de France au Bénin, M. Hervé Besancenot, a rendu hommage au Professeur Achille Massougbodji, lundi 10 janvier 2011, à la Résidence de France.

Dans le cadre des célébrations, organisées par la France, du Cinquantième anniversaire des indépendances africaines, M. Achille Massougbodji, Professeur de parasitologie à la Faculté des Sciences de la santé de l’Université d’Abomey-Calavi, a été distingué « personnalité africaine du cinquantenaire ». Une cérémonie de remise des médailles a eu lieu le 27 novembre 2010 en France, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris, afin de distinguer 14 personnalités africaines, toutes issues de pays différents, pour honorer leur engagement et soutenir leur action en faveur des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Parmi ces 14 personnalités, c’est Achille Massougbodji qui a été choisi au
titre du Bénin.

Dans son discours, M. l’Ambassadeur de France a salué un parcours personnel et professionnel qui incarne les valeurs du Cinquantenaire.
Tout au long de sa carrière, Achille Massougbodji est resté en contact étroit avec les pays du Nord, sachant fusionner les deux environnements culturels qu’il a fréquenté : l’occidental et
l’africain. En permanence il a, d’un côté, noué des contacts avec des partenaires européens, et de l’autre côté, profité de cet acquis pour valoriser des projets en Afrique dans le cadre de partenariats Sud-Sud.

Achille Massougbodji a eu le souci constant de placer au cœur de ces partenariats la formation des jeunes, notamment des jeunes doctorants, afin de faire émerger de nouveaux talents.

Du fait de son rayonnement scientifique et de sa parfaite connaissance des cultures africaines et européennes, Achille Massougbodji a été choisi par les tutelles de l’IRD, en
France, pour être membre de son Conseil d’administration.

Le respect des règles d’éthique est pour Achille Massougbodji un combat permanent. Membres de plusieurs comités d’éthique, notamment le comité international de bioéthique de l’UNESCO, il œuvre pour mettre en place des essais cliniques avec des protocoles de recherche respectueux pour les patients.

L’Ambassadeur de France a conclu son discours en souhaitant à Achille Massougbodji de continuer encore longtemps l’action exemplaire qu’il conduit en faveur de la recherche scientifique, en faveur de la bioéthique, en faveur de la santé publique.

Dans sa réponse, Achille Massougbodji a tenu à dédier sa médaille à tous les enfants béninois et africains. Il a également souligné la qualité du partenariat qu’il entretient depuis 25 ans avec l’Orstom/IRD et il a remercié vivement tous ceux qui l’ont accompagné durant ces années. Achille Massougbodji a conclu en rendant hommage à son épouse, Marina Massougbodji-d’Almeida, qui fut ministre de la santé publique.

Dernière modification : 21/01/2011

Haut de page