Historique : Du jumelage au partenariat

L’Afrique constitue, après l’Europe, le deuxième théâtre d’opérations le plus important pour la coopération décentralisée française. Pour des raisons historiques, culturelles et linguistiques, l’action des collectivités territoriales françaises s’exerce d’abord en Afrique occidentale subsaharienne, dans le Maghreb et, dans une moindre mesure, en Afrique centrale et orientale ainsi qu’en Afrique australe et l’océan Indien.

Le Bénin arrive en 5ème position en termes de partenariats existants après le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie. Les opérations engagées vont du simple jumelage au développement d’activités économiques en passant par le transfert de compétences et de techniques en appui à la gestion locale.

Dans un premier temps, ces relations entre collectivités du Nord et du Sud se sont formalisées sous la forme de jumelages, initiant principalement des actions socio-culturelles menées avec le concours d’associations locales. Depuis quelques années, elles ont évolué vers de véritables partenariats, les collectivités françaises s’engageant dans des actions concrètes de coopération et de développement économique et social. On assiste ainsi, depuis plusieurs années, à une " professionnalisation " de la coopération franco-béninoise, dont les traits marquants sont :

- une définition plus précise des objectifs, en bonne concertation avec les partenaires béninois
- la contractualisation des relations entre partenaires
- le recours croissant à des opérateurs professionnels présents sur place
- la collaboration avec de nombreuses structures liées aux collectivités
- l’association avec des "Organisation de Solidarité Internationale" (OSI), des structures universitaires, des hôpitaux, etc.
- la capitalisation à partir de projets phares dont découlent d’autres actions profitant de l’expertise accumulée et des relations personnelles tissées.

Les liens qui se sont tissés entre partenaires français et béninois s’inscrivent résolument dans une relation entre homologues plutôt que dans une relation donateur/bénéficiaire. La densité des partenariats établis entre les collectivités françaises et béninoises recèle une véritable richesse en termes de connaissance mutuelle et de mise en place de réseaux de solidarité et d’influence.

Avec les 1ères élections locales de décembre/janvier 2002-2003 qui marquent l’avènement de la décentralisation au Bénin, le processus de coopération décentralisée en cours va nécessairement s’amplifier. De manière générale, les communes béninoises sont à la recherche de partenaires étrangers afin d’obtenir un appui de ces dernières pour améliorer leur fonctionnement, ainsi que pour se faire accompagner dans l’exercice de leurs nouvelles compétences.

Dernière modification : 23/08/2005

Haut de page